Les rapports du 14 Mai .pdf et du 14 Septembre.pdf de Monsieur Maillot sont les seules justifications des autorités politiques, administratives et du constructeur pour justifier:


    que la construction ne se fasse pas en conformité avec le permis de construire tel qu’il a été accordé par Messieurs les Maires de Lezenne et Villeneuve d’Ascq,


    qu’aucune étude d’impact ne soit faite, bien qu’elle soit expressément prévue


    que le public n’ait pas été précisément informé des différentes options et que son choix n’est pu s’exprimer conformément aux principes de l’étude d’impact environnementale


    que les directives sur l’eau ne soient pas respectées


rapport du 14 Mai:


quelle crédibilité accordé à ce rapport dont les conclusions sont basées sur une évaluation fausse de ces distances, évaluation qui sert à la DREAL pour ne pas classer la zone en tant zone sensible.


La DREAL, précise qu’une zone sensible « est une zone qui porte atteinte à la santé humaine et à l’environnement selon certains critères » et qu’en l’état le site de la Borne de l’Espoir n’en est pas une, étant donné l’éloignement des premiers captages. (extrait commission suivi Décembre 2009)


La réalité


le résumé du rapport du 14 Mai est clair sur la mission confiée par Monsieur le Préfet:



ce qui n’empêche pas Monsieur Maillot, à l’initiative du constructeur de conforter la possibilité d’une autre technique de comblement contradictoire avec les documents officiels


on notera cette «novlangue» qui consiste à qualifier un déchet industriel de «Matériaux artificiels» et le tour de «prestidigitation» qui consiste pour Monsieur Maillot  demander que des précautions soient prises et pour la Préfecture d’en déduire que Monsieur Maillot étant favorable au comblement par des cendres, rien ne s’oppose à leur utilisation, surtout pas les législations qui s’y opposent ou qui exigent des études scientifiques sérieuses et l’information préalable du public.

que répond on à ceux qui osent s’occuper de ce qui les regarde:

«la commission d’enquête n’a pas souhaité donner suite à cette demande, considérant que le Public est essentiellement préoccupé par la construction et l’exploitation du Grand Stade et non par les travaux préparatoires, et qu’en conséquence toutes les questions posées sur ce sujet ne pourraient trouver leur réponse que dans le cadre des enquêtes à venir directement en relation avec ces sujets»




rapport du 14 Septembre



Un bel exemple de langue de bois: que signifie «ayant....de la craie»?: la vulnérabilité manifeste de la nappe n’aurait elle aucune importance?



on y cherche vainement la moindre justification de la pérennité de l’inertage, de l’encapsulation des cendres, inertage sensé être «éternel» au dire du constructeur, des autorités administratives et politiques.



dans ce rapport ad hoc, il n’est pas précisé:

    la justification du mélange choisi

    si la composition est volumique ou massique

    la densité, la surface spécifique des cendres, éléments incontournables pour justifier la          réalité de l’inertage

    comment faut il interpréter la présence de l’annexe 4-VI qui date de 2003, qui n’a aucun rapport avec les analyses du coulis de cendres.